Passages à Sarajevo

de Christophe Solioz - photographies de Milomir Kovačević-Strašni (Genève : Georg, 2022).

« To je grad ». C’est une ville. Sarajevo. Ville hiéroglyphe, texte dont le phrasé urbain scande des images comme un rêve. Constellation d’instantanés, chocs de temporalités hétérogènes, mosaïque d’observations et réflexions, Passages à Sarajevo expose un montage de miniatures urbaines autobiographiques et photographies de Milomir Kovačević-Strašni.

Passages à Sarajevo renvoie à mes multiples allées et venues, évoque une ville en transition entre guerre et paix, prend la mesure de l’ordre immuable et des inéluctables métamorphoses de la ville. Je découvre l’« effet ville » : ce que la ville fait et ce qui la fait, ce qui la défait et la recompose ; j’explore les multiples différences entrelacées et non contradictoires – « l’ouvert le fermé », « le dehors le dedans », « la vie la mort ». Au fil de mes passages, je saisis le multiple, la mêlée dont Sarajevo a le secret.

Ville miroir qui dévoile, Sarajevo – ça me regarde. À ceci près que le je appelle le tu. Aux miniatures urbaines s’ajoutent les voix complices de Ivo Andrić, Jean-Christophe Bailly, Walter Benjamin, Maurice Blanchot, Bogdan Bogdanović, Dževad Karahasan, Ozren Kebo, Lewis Mumford, Jean-Luc Nancy, Isak Samokovlija, Meša Selimović et Abdulah Sidran.

Parmi les quelque 40 photographies accompagnant les textes, des portraits de Joan Baez, Christian Boltanski, Ferida Duraković, Louis Jammes, Edin Numankadić, Abdulah Sidran et Susan Sontag.

Extrait

Vernissage au gamMAH – Musée d’Art et d’Histoire, le 19 décembre 2022

Revue de presse